Réalisez un compost facile uniquement à partir de feuilles

C’est l’automne, les arbres caducs laissent tomber leurs feuilles et se préparent à hiverner. Récupérez-les pour fabriquer facilement votre propre du terreau de feuilles ! C’est un terreau très qualitatif, écologique et zéro-déchet.

Cet article est paru en presse régionale. Claire Lelong-Lehoang.

Ramassez les feuilles lorsqu’elles sont légèrement humides (le matin avec la rosée par exemple, ou juste après une pluie) pour éviter qu’elles ne s’envolent. Dégagez surtout les lieux de passages – vous pouvez laisser les feuilles au sol au pied des arbres, des haies et des massifs, comme un paillage.

Si vous avez la chance d’avoir des arbres sur votre terrain ou sur celui de vos voisins, vivez l’envol des feuilles mortes comme une réjouissance : ne les évacuez pas à la déchetterie, mais ramassez-les pour les valoriser. Elles peuvent servir de paillage, ou être mises au compost… Troisième option : en faire un compost exclusivement de feuilles. Celles de bouleau, tilleul, érable, marronnier sont à privilégier. Écartez celles de rosier et d’arbres fruitiers qui peuvent être atteintes de maladies ; quant à celles de magnolia et de bambou, plus coriaces, les hacher (à la tondeuse éventuellement) permet de mieux les intégrer. 

Imiter la forêt

« Pour produire cet amendement de qualité, il suffit d’imiter la nature, et plus précisément la forêt où les feuilles ne sont pas ramassées, explique Joyce Russel dans son ouvrage ‘Nouvelles techniques au jardin potager’. Elles y forment des couches année après année et se décomposent lentement pour former un terreau de feuilles, le fameux humus».

Le terreau de feuilles n’est pas un engrais, plutôt un amendement. Il permet d’améliorer la structure du sol en allégeant sa texture, et se révèle particulièrement bon pour les terres dures. Enfouissez-le dans la terre de votre potager, de vos massifs ou au pied de vos haies.  Les plantes acidophiles comme les fraisiers et les légumes-feuilles l’apprécient particulièrement. Enfin, c’est une bonne alternative à la tourbe pour les plantations en pots.

Comment faire : les conseils de Joyce Russel  

  • « Piquez dans le sol 4 gros piquets de bois, et entourez-les d’un grillage galvanisé à mailles de 5 cm ou plus, en le fixant avec des agrafes en métal : vous fabriquez un composteur carré.
  • Ramassez les feuilles à l’aide d’un râteau (ou d’une tondeuse avec bac de ramassage). Mélangez divers types de feuilles au fur et à mesure qu’elles tombent. Vous pouvez y ajouter votre herbe de tonte si vous le souhaitez, elle accélèrera la fermentation.
  • Remplissez petit à petit le composteur en tassant les feuilles ; maintenez le tas humide et ne le couvrez pas. Certaines graines peuvent germer, mais le désherbage sera facile. Remuez-le de temps à autres et recommencez chaque automne.
  • Pour obtenir un terreau très riche, attendez idéalement 2 ans avant de vous en servir, en prélevant le centre, plus chaud et plus rapidement décomposé ».

Une alternative pour tous

Si avez déjà un bac à compost dans votre jardin et que vous n’avez pas la place d’installer un second composteur, ou si vous n’avez pas de jardin mais un balcon-terrasse : vous pouvez opter pour des sacs en toile à mailles lâches qui laissent passer l’humidité et l’air. Remplissez-les de feuilles toujours bien tassées, et empilez les sacs dehors jusqu’à ce que leur contenu soit décomposé.

‘Nouvelles techniques au jardin potager’, Joyce Russel, eds. Delachaux et Niestlé. 192 pages, 24,90€.

MILLE MERCIS D'ÊTRE PASSÉ(E) PAR ICI ! Belle semaine à vous aussi.

REJOIGNEZ-MOI SUR LE COMPTE INSTAGRAM MAISONMAGIQUE (CLIC CLIC) , OU ENCORE SUR MA PAGE FACEBOOK (clic).

Les commentaires sont fermés.