Mieux manger, mieux ranger, rester motivé : 3 articles spécial #bonnesrésolutions

 Je partage ici avec vous mes 3 articles de début d'année sur le thème des bonnes résolutions. Moi c'est souvent au printemps que je les prends :-) Et vous ?

2017: L'année du déclic?

 

Le début d’une nouvelle année est toujours l’occasion de formuler des vœux, pour atteindre enfin quelques objectifs, ou même idéalement réaliser des rêves. Comment ne pas abandonner en cours de route ? Parler à votre âme et non au mental. Voici 5 conseils précieux de Charlotte Savreux, auteur de L’année du Déclic – et si c’était la vôtre ?

SAVREUX-Lanneedudeclic-HD-373x600

1. Accepter de rebattre les cartes du jeu de sa vie 

« Vous avez l’envie d’une petite révolution dans votre vie, mais avant de se mettre en action, il faut avoir décidé de faire le deuil d’une zone de confort, pour oser se mettre en action. Comme il y a des saisons dans la nature, il y a des saisons dans la vie : acceptez le changement. Il s’agit alors de se mettre en condition pour sortir du cadre étriqué de l’immobilisme dans lequel cette société nous incite à nous mettre – un cadre qui certes nous protège mais qui bride aussi notre potentiel et notre vie. Sans prôner l’inatteignable et frustrante notion de bonheur absolu, je crois en l’objectif avant tout d’être bien dans sa propre histoire. Regardez-vous et demandez-vous : Suis-je bien dans mon histoire ? Le but d’une vie, c’est avant tout de tenter, et de mettre toute son énergie pour être en accord avec qui on est. De déployer ses ailes. Et vous pouvez à tout moment réajuster votre vie, car évidemment on n’est pas le même personne à 25 ans, puis à 45 ou 60 ».

2.Insuffler une dynamique d’action

« L’idée n’est pas de tout changer, mais de réaménager sa vie, de la réajuster, car rien n’est figé. Oublions les notions d’espoir et d’espérance, trop abstraites, espérez moins et agissez plus ! L’action demande des valeurs de courage, de persévérance, d’audace, de responsabilisation, de goût de l’effort. D’ailleurs, le bonheur est souvent le résultat d’un effort surmonté : lors d’un accouchement par exemple, ou lors d’une victoire pour un athlète des Jeux Olympiques. Comme disait Coluche : ‘Les portes de l’avenir sont ouvertes à ceux qui savent les pousser’. Je vous encourage donc à vous responsabiliser, sans être en attente, en dépendance au risque d’ancrer en vous l’empreinte d’un manque d’ambition personnelle, et à sortir de l’infantilisation.

Quand je parle d’ambition, je ne parle pas de gagner beaucoup d’argent, mais avant tout de se réaliser en se donnant les moyens de décrocher sa propre victoire. Une seule solution : faire le premier pas, savoir donner du rythme à sa vie. Ne pas attendre que le déclic vienne de l’extérieur. À notre époque, on ne peut pas tout attendre des politiciens, de la sécurité sociale, de son patron… Chacun est sa propre dynamique d’action ; il faut vouloir les choses vraiment et longtemps : c’est-à-dire avoir une conviction. Le déclic, c’est toujours nous qui l’amorçons ! En revanche, ensuite sur le chemin de parcouru, vous verrez qu’on n’est jamais seul si on saisit les opportunités et les rencontres ».

3. Garder à l’esprit que la vie est une aventure

« La vie à la fois douce et amère, avec des hauts et des bas : c’est comme ça pour nous tous ! Cessons de croire que c’est toujours plus facile pour les autres, nous sommes tous logés à la même enseigne : nous avons tous nos lots de désillusions et aussi de bonheurs infinis. Bien sûr, jouissons de la vie aux moments où elle est belle, mais acceptons aussi le temps des secousses sismiques. Car c’est justement quand la vie nous bouscule que nous avons une vraie carte à jouer, celle d’exprimer toutes nos ressources, toute notre force de vie, tel un geyser au cœur du désert. En somme, la vie est un jeu plus qu’un enjeu, et expérimenter, c’est vivre ! Continuez d’apprendre tous les jours. J’aime dire que la vie a parfois plus d’imagination que nous, et c’est une chance ! Gardons en tête que les moments délicats de nos vies ne sont que transitoires, et que seule la mort est irréversible. Sachons accueillir la vie dans toutes ses nuances et en être dignes ».

4.Savoir qu’il n’y a pas d’échec, que des expériences

« Nous devons apprendre à habiter l’inconnu avec confiance. Mais le problème, c’est la peur. La peur nous empêche de nous élever, elle nous fige. Alors on se raccroche au connu, aux branches du passé au lieu d’apprendre à accueillir les secousses sismiques qui se produisent dans nos vies pour nous offrir le réveil d’un nouvel horizon plus juste. On écoute trop souvent notre égo, qui nous met en résistance et donc en souffrance, et nous fait vouloir retourner en arrière. Quand on a peur, notre estime de soi vacille… Redonnons de la souplesse à notre vie, alliant légèreté et flexibilité. Acceptons et apprenons de nos erreurs pour mieux avancer. Encore une fois, nous devons apprendre à faire le deuil de ce qui est existant pour pagayer dans le sens du courant de la vie.»

5.Renouer avec le désir

‘Il n’y a point de génie sans grain de folie’, a dit Aristote. « Tout s’imbrique… En renouant avec une certaine légèreté, on écoute ses convictions. Libérons-nous du plomb attaché à notre cheville qui nous cloue au sol – tout en gardant notre ancrage, oui c’est subtil ! Avoir le désir d’avancer, c’est aussi se souvenir qu’on a tous un potentiel extraordinaire, malheureusement souvent mis en jachère car il est plus rassurant de ne pas dépasser son ‘cadre’ confortable. Ne vous protégez pas trop, il y a tant de cartes à jouer ! Et même si la vie vous malmène, essayez de vous connecter à vous-même pour découvrir votre potentiel. En nous réveillant, nous nous révélons, nous nous élevons. Nous avons tous, sans exception, des prédispositions dans un domaine, c’est ce qui fait notre singularité. Et c’est ce potentiel qu’il faut exprimer. Il n’est jamais trop tard pour oser, vivre et décrocher sa victoire.

Ayez des rêves plus grands que vous, et à autorisez-vous ce déclic, dès cette année… ‘Le bonheur c’est d’être amoureux de sa propre vie !

[Pour aller plus loin]

L’année du Déclic, et si c’était la vôtre ? Charlotte Savreux, éditions Balland, 334pages, 19,90€

APEI- Claire Lelong-Lehoang.

 

Une maison en ordre : 5 conseils de pro

Alléger sa vie en épurant son intérieur, tel est le premier pas vers un quotidien plus zen. Vous avez besoin d’une méthode pour réussir à mettre en ordre votre maison, aujourd’hui et pour longtemps ? Voici 5 conseils de pros.

 Apprendre à jeter et simplifier sa vie COUV_PN_Le-Rangement.inddMANIFESTE MAISON_JPEG_plat1

1.Formatez-vous, motivez-vous !

Toute révolution commence par un premier pas : soyez confiant ! « Tout le monde peut arriver à ranger sa maison, même si elle est gigantesque. Même si elle est minuscule. Et maintenir cet ordre », affirment Philippe Chavanne et Héloïse Martel, auteurs de Le Rangement pour les nuls. Le rangement, c’est avant tout dans la tête, et d’ailleurs, quand vous aurez intégré les règles du rangement efficace, ce sera un acquis sur le long terme.

Avant tout, changez votre vision du ménage et du rangement : « Ne plus considérer les tâches ménagères comme des corvées mais les voir comme des gestes essentiels du quotidien », conseille Donna Smallin, spécialiste du rangement domestique aux États-Unis. À l’opposé de la tendance actuelle qui, à tort, dévalorise les tâches ménagères, il s’agit d’oser prendre du plaisir à faire le tri pour réorganiser votre espace de vie. Il y a même « quelque chose de très méditatif dans l’acte de trier », souligne Anne-Solange Tardy, auteure du Manifeste pour une maison rangée.

2.Mettez-vous en action quelques minutes par jour

Par où commencer ? Peu importe pour l’instant, commencez ! Aujourd’hui. « Cinq minutes quotidiennes de rangement revient à 35 minutes par semaine et 2h20 par mois, a calculé Donna Smallin. En passant petit à petit à 15 mn par jour, cela représente 7heures par mois ! ». L’organisation doit faire partie de votre vie : il est beaucoup plus facile d’avoir une vitesse de croisière que de rattraper son retard ». Ainsi, chaque soir et chaque semaine, mettez en place des routines, créez de nouvelles habitudes de rangement. Dans un second temps, vous pourrez vous attaquer au ‘grand tri’. Puis, sur le plus long terme, organiser un grand désencombrement deux fois par an.

3.Appliquez les bonnes méthodes

Dans Le rangement pour les nuls, les auteurs, conseillent cette stratégie de désencombrement : « 1. Déterminer la zone à ranger 2. Planifier le rangement par tranches d’1h minimum, voire ½ journée ou une journée. 3. Commencer par la pièce qui pose le plus de problèmes ». Dans Apprendre à jeter & simplifier sa vie, Donna Smallin propose même de régler une minuterie quand vous bénéficiez de peu de temps. « Quand ça sonne, arrêtez jusqu’à la prochaine fois ! » et planifiez des plages de rangement chaque semaine. Vous trouverez mille autres bonnes idées en lisant les nombreux livres sur le sujet (voir les références ci-dessous).

4.Le tiercé gagnant pour faire ‘le grand tri’

Trier, jeter, ranger : c’est le tiercé dans l’ordre pour obtenir un résultat optimal, selon Philippe Chavanne et Héloïse Martel. « Une place pour chaque chose et chaque chose à sa place ! » Équipez-vous de grands sacs poubelles et de caisses de rangement étiquetées ‘à donner’, ‘à réparer’, ‘à vendre’, ‘à classer’, ‘à stocker’. Remplissez-les petit à petit en passant à la loupe une pièce à la fois, mais au complet. L’astuce de  Marie Kondo, auteure de La magie du rangement : « Gagnez du temps en suivant votre intuition ! Ne réfléchissez pas trop, tenez quelques secondes chaque objet dans vos mains et ressentez l’attachement que vous éprouvez pour lui. Si votre cœur reste froid comme le marbre, vous devez vous en débarrasser ». Pensez par ailleurs à vous « débarrasser de l’inutile et du superflu sans jeter, en faisant des dons à des organismes caritatifs, en participant à un vide-grenier, en vendant des objets en ligne ou via un magasin de seconde main ». Vous avez beaucoup de livres et de magazines ? Et si vous les proposiez en libre-service dans une ‘boîte à livre’ devant chez vous ? Le rangement, c’est aussi l’art des bons plans, et du partage !

5.Adaptez vos habitudes de consommation

Petit à petit, votre maison sort du chaos et change d’aspect. Elle est plus harmonieuse, elle redevient un lieu où il fait bon vivre, aspirant au calme. Vous gagnez du temps chaque jour, d’ailleurs ! Il vous reste à maintenir cet ordre pour tirer les bénéfices de vos efforts sur le long terme. Premier indispensable : réfléchir avant d’acheter. Posez-vous ces questions avant tout acte d’achat : «  Ce produit est-il bon et utile ? Y a-t-il de la place dans la maison pour le ranger correctement ? Dispose-t-on d’assez de temps (et de courage) pour l’entretenir et en prendre soin ? » En bref, achetez uniquement ce dont vous avez besoin. Bonus : de belles économies en perspective. Et puis bien sûr, gardez ces nouvelles bonnes habitudes. Car « la meilleure défense contre le désordre, c’est l’organisation au quotidien ».

[Pour aller plus loin]

Apprendre à jeter et simplifier sa vie, Donna Smallin, Eds. Larousse, 6,95€.

Le rangement pour les nuls, Philippe Chavanne et Héloïse Martel, 9,95€.

Manifeste pour une maison rangée, Anne-Solange Tardy, éditions First, 8,95€.

À lire aussi :

L’art du minimalisme, Elodie-Joy Jobert, Eds Leduc, 13€.

Zéro Déchet, Béa Johnson, Eds. Les Arènes, 17€.

La Magie du Rangement, Marie Kondo, Eds. First,

APEI- Claire Lelong-Lehoang.

 

Mieux manger : 5 conseils de naturopathes

Manger bio, manger équilibré, manger 5 fruits et légumes par jour… Surtout, manger 3 fois par jour, de la meilleure façon qui soit ! Voici les grands principes à retenir si votre résolution pour 2017 est de reprendre votre santé en main.

 Les secrets de naturopathes _c1

1.Manger des aliments ‘vivants’

Le premier effort à faire pour améliorer son alimentation, c’est de réintégrer à chaque repas une grande quantité d’aliments crus, riches en vitamines et en minéraux, pour lutter contre « la baisse de qualité de notre alimentation (cuisson, raffinage, manque de légumes, épuisement des sols…), le stress, la pollution, la suractivité et la fragilité de notre système immunitaire », expliquent les auteurs du livre Secrets de naturopathes. Ainsi, les fruits et légumes doivent redevenir la base de vos menus – sous forme de salades, de smoothies ou de jus à l’extracteur. Dans chacun de vos plats, ajoutez une petite touche sucrée-salée avec des morceaux de pommes, des clémentines, et ayez toujours une réserve de superaliments : pruneaux, baies rouges, ail, graines germées…

2.Choisir des bons gras

Exit les viennoiseries, les plats trop copieux à la crème et au beurre ainsi que les gras trans et saturés utilisés par l’industrie, ou encore les margarines hydrogénées… « Les bons gras ne font pas grossir, et sont même indispensables à notre corps pour entretenir le cerveau et nourrir les cellules, notamment la peau », écrivent Vanessa Lopez et Stéphane Tétart. L’idéal : les huiles végétales extraites à froid, extraites vierges et bio – huile de colza, de chanvre, de lin, de cameline. Et également l’avocat, les noix, les amandes et autres fruits secs, le beurre de cacahuète…

 3.Sélectionner bons sucres

« À l’état naturel, les sucres sont accompagnés de vitamines et de minéraux indispensables à leur assimilation. Ils sont alors une bonne source d’énergie. Cependant, lorsqu’ils sont raffinés (tous les produits blancs : sucre, pain, riz, pâtes, céréales soufflées…), notre corps doit utiliser des  vitamines et des minéraux pour les assimiler, donc puiser dans ses réserves ». Remplacez donc idéalement tous les sucres raffinés contenus dans les produits industriels, et consommez plutôt des fruits, des céréales complètes et des légumineuses pour absorber de bons sucres. Et pour remplacer vraiment le sucre : le miel, les dattes et autres fruits séchés comme des figues, le sucre de coco qui contient encore ses vitamines et minéraux, tout comme le rapadura ou le sucre brut de canne -- attention, le sucre roux n’est que du sucre blanc coloré, qu’il soit bio ou pas !

4.S’habituer aux laits végétaux

Le lait de la vache est fait pour le veau, il est indigeste pour l’Homme. Il en va de même pour tous les laitages animaux. Les laits végétaux, eux, « contiennent moins de graisses saturées, pas d’hormones de croissance et ne nécessitent pas l’enzyme lactase pour être digérés. Sachez aussi que le calcium ajouté dans les laits végétaux est deux fois plus assimilable que le lait de vache. Un bol de lait végétal enrichi apporte autant de calcium à votre corps que 2 bols de lait de vache. N’ayez donc pas peur de manquer de calcium ! » Lait de noisette, d’avoine, d’amande, de riz, de quinoa, de châtaigne, de sésame, de millet, de soja…  explorez les différentes marques car leur goût peut varier significativement. Et variez-les au quotidien, au petit déjeuner comme dans vos recettes.

5.Diminuer la consommation de produits animaux

Devenir flexitarien, ce n’est pas seulement une tendance, c’est une nécessité pour la santé des Hommes et de la planète. Un flexitarien, c’est quelqu’un qui consomme de la viande occasionnellement – il n’est donc plus omnivore, ni, à l’opposé, végétarien. « De la viande et des produits laitiers, pas plus de trois fois par semaine  respectivement ; du poisson et des œufs, 2 à 3 fois par semaine » conseillent ces spécialistes de la nutrition. Mettez l’accent sur les protéines végétales : quinoa, amarante, lentilles, pois chiches, noix, amandes, graines de chia, arachide, soja, graines germées, graines de courge, spiruline…

« Que l’alimentation soit ta première médecine ». Hippocrate est plus que jamais tendance en 2017, car vous êtes nombreux à vouloir changer votre régime alimentaire. Pas de régime, juste un rééquilibrage, toujours gourmand et savoureux ! Que cette nouvelle année soit plus que jamais placée sous le signe de la santé !

[Pour aller plus loin]

Secrets de naturopathes, Stéphane Tétart et Vanessa Lopez, éditions Leduc.S. 359 pages, 20€.

Mille mercis d'être passé(e) par ici :-) Et rejoignez-moi sur le compte Instagram MAISONMAGique (clic clic) , ou encore sur ma page facebook.

@bientôt !

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire