Journal de #StopLevothyrox — n°1 – 6 mois de liberté

J'avais envie de le faire depuis longtemps : arrêter d'avaler ce petit comprimé de Levothyrox dès le réveil, que je prends tous les matins depuis ma première grossesse, pour cause d'hypothyroïdie (légère). C'est chose faite depuis 6 mois ! Si vous voulez connaître mon parcours dans ce domaine et mes premiers conseils, je vous invite à lire mon témoignage... Prenez une petite tisane d'ortie (stimulante pour la thyroïde), quelques noix du Brésil à croquer, et un carré de chocolat noir-orange (mon préféré) : partageons nos expériences, nos trouvailles, nos états de mieux-être ! 

Il parait que quand on commence à prendre du Levothyrox, on est condamné à le prendre à vie......... J'ai déjà largué la pilule, ce n'est pas pour adopter une autre molécule suspectable. Ce Levothyrox, mon médecin généraliste me l'avait prescrit avant ma première grossesse, il y a 8 ans : elle avait détecté lors d'un check-up général une insuffisance de la production d'hormones thyroïdiennes, avec des symptômes comme une grande frilosité, du stress... Mais par ailleurs je n'avais aucun problème de poids, ni de sommeil, ni d'yeux gonflés, ni de digestion. Soulignons que pendant mes grossesses, il a été vital que je prenne ce Levothyrox, car le fœtus n'a pas de thyroïde : c'est donc à la maman de fournir suffisamment de T3 et T4 pour lui permettre de se développer dans les meilleures conditions - corps + cerveau.  Même mon homéopathe de l'époque, à Rambouillet, avait insisté sur l'importance de ce traitement lors d'une grossesse. Alors je l'ai pris sans broncher, et je ne me suis plus arrêtée... jusqu'à mon second accouchement et quelques mois après, le temps de diminuer petit à petit la posologie.

J'ai alors commencé à demander à mon endocrinologue quelques conseils quant à des solutions naturelles pour contrebalancer ces hormones de substitution, et j'ai évoqué l'idée de l'arrêt du Levothyrox. Gros fail : elle m'a carrément ri au nez, et lancé "Vous pouvez toujours arrêter du jour au lendemain à la fin de votre boîte actuelle, et vous reviendrez  me voir en courant si vous vous sentez épuisée !". Je suis tombée de haut. Elle n'y connaissait rien en termes de solutions naturelles, c'était évident. Le nez dans ses habitudes, elle ne savait rien d'autre que l'option allopathique (ça m'a fait penser d'ailleurs à mon ancienne gynécologue qui m'avait regardée avec un regard vague et hautain alors que j'évoquais lors d'une consultation mon utilisation d'une cup ; même constat : à part l'ordinaire, le classique, elle n'avait pas la curiosité d'une professionnelle passionnée par son métier). Et pour revenir à ma thyroïde, j'ai découvert en consultant récemment une autre endocrinologue, que le discours était le même que celui de la précédente. Vide et hautain.

Changement de cap, tout en me posant la question de l'intérêt réel pour mon corps de prendre ce comprimé. Surtout au moment du début du scandale de la nouvelle formule de Levothyrox. Je me suis alors tournée vers une naturopathe. Annie Casamayou (clic). J'avais entendu parler d'elle lors de mes recherches pour différents articles sur la nutrition, pour ses livres aussi, et je voulais m'adresser à quelqu'un de confiance. Dans son cabinet de Levallois-Perret(clic), nous avons fait un bilan de mon état de santé. Concrètement, ma récente prise de sang indiquait 1,77 UI, un taux correct, avec une prise d'1/2 comprimé de 75 de Lévothyrox. Concernant la prise en main générale de ma santé, je suis ovo-végétarienne (tendance végétalienne) depuis 2 ans, je ne consomme donc plus de viande, ni de laits et particulièrement de lait de vache, je consomme quotidiennement plus de 10 fruits et légumes bio, dont une majorité de cru, et je suis une addict des super-aliments comme les graines de chia, la spiruline, les algues, la levure de bière, les oléagineux ; les plantes en vrac en infusions aussi. Je mange des légumineuses. J'essaie au maximum de consommer une bonne eau (un autre sujet dont il faudra que je parle ici ! Mon cœur balance entre santé et écologie...) et un bon pain (complet biologique), de diminuer les mauvais sucres au profit des bons. Mon attention envers mon corps est grande.  Je ne fume pas. Je me suis (enfin!) réinscrite au yoga. En fait, j'ai réalisé chez elle que j'avais déjà fait du chemin, grâce à une première consultation chez un naturopathe au début de ma première grossesse, il y a 8 ans, et ensuite grâce à mon métier, à mes nombreuses lectures et interviews de spécialistes pour écrire des articles. Je suis convaincue que l'alimentation est la première médecine, pour l'homme comme pour la planète Terre. 

J'ai bien vu à son regard positif que j'avais déjà fait un bon bout de trajet ; merci merci merci aux naturopathes, d'offrir un soutien précieux et un regard bienveillant et même encourageant dans une telle démarche, contrairement au jugement désapprobateur et accusateur de la plupart des médecins allopathiques qui ne savent que nous faire peur! J'avais donc son feu vert pour commencer mon expérience. Première étape ! J'ai considéré ce rendez-vous comme #lepremierjourdurestedemavie-Objectif#stoplevothyrox. 

iodeLes conseils de ma naturo pour arrêter le levothyrox

1.D'abord, non pas stopper net la prise du comprimé sans crier gare, mais arrêter le levothyrox doucement. Commencer à le prendre 1 jour sur 2, puis 1 jour sur 3, et arrêter ainsi petit à petit sur 1 mois. Rester attentive, pendant cette période et ensuite, aux signaux de mon corps : grande fatigue ? Cheveux et peau très sèche ? prise de poids ?constipation? Visage et yeux gonflés? Ce sont les premiers signes d'un dérèglement hormonal d'hypothyroïdie.

2.Côté alimentation, éviter les excès de chou et de soja. Éventuellement une moyenne de 2 à 3 fois par semaine (de chaque) mais pas plus. Pas de lait de soja surtout, et seulement quelques aliments à base de soja. Surtout, au moment précis de l'arrêt progressif du Levothyrox en ce printemps 2017, supprimer tous les choux. Nota bene : étant végétalienne, j'avoue que je mange depuis plusieurs mois des portions plus importantes de soja (du tofu, surtout) ; jamais de lait de soja par contre. Je fais donc de plus en plus attention à ça.

3.En parallèle, renforcer les aliments iodés > les algues, les produis de la mer. Et faire une iodurie (incroyable que mon endocrinologue ne me l'ai jamais proposé!). La iodurie est un examen d'urine sur 24h, qui coûte 23€ à la charge du patient. Simple et efficace pour connaitre son taux d'iode.

4.Soutenir la thyroïde avec du sélénium : pour cela, consommer 3 à 4 noix du brésil quotidiennes - je me suis découvert une véritable gourmandise pour ces noix délicieuses... Alimentation instinctive !

5.Ne pas oublier et même augmenter ma consommation en Vitamine D : 4000Ui/jours sont nécessaires ! (donc pour moi 20 gouttes de Vitamine D3++ de Dplantes - clic) tous les jours en hiver jusqu'à fin avril, puis à partir de mai penser à s'exposer visage/bras/jambes - un max de peau au soleil - le midi quotidiennement au moins 20 minutes .  (Nota bene pour les enfants : 75Ui par kg de poids et par jour).

6.Prendre des granions de zinc (en pharmacie), à raison d'1 ampoule par jour pendant deux mois.    

7.Prendre du magnésium marin (elle m'a conseillé ce magnésium marin)

8.Faire des mouvements de yoga, qui équilibrerait mon corps globalement et aiderait à régler la thyroïde / le stress. ça tombe bien, j'avais commencé, au moment de la consultation en mars 2017, à pratiquer Les 5 tibétains ; et surtout entre temps j'ai trouvé un super cours de yoga tout près de chez moi, qui me fait un bien fou chaque mercredi. 

9.Soutenir ma thyroïde avec des huiles essentielles : Giroflier et Myrthe vert >> elle m'a conseillé Verveine citronnée. Au-début, je ne l'appliquais que le soir en massage à la base de la gorge.ça me rassurait car c'est une huile essentielle photosensible. Augmenter petit à petit à 3x/jour pendant 3 semaines, puis pause. et reprise.

10. +Elle m'a conseillé de faire attention à ma contraception, car la pilule peut aussi provoquer des problèmes de thyroïde. Ouf, je ne la prends plus depuis 10 ans et d'ailleurs je ne prends pas de contraception. Je suis en plein apprentissage de la symptothermie -- J'ai téléchargé les applis sympthothermie (clic) et Clue (clic again) qui sont géniales, et là encore Annie Casamayou m'a conforté dans l'ambition de demander un suivi avec une conseillère Sympto pour commencer. C'est une méthode aussi efficace que la pilule si elle est correctement appliquée. Assurément, je vous en reparlerai.

11.Elle m'a aussi conformé que le fameux miam'Ô fruits de France Guillain serait le petit déjeuner qui m'irait à merveilles. En effet depuis c'est mon plaisir du matin (enfin je le déguste quand je sens la faim venir et surtout quand je suis au calme après le rush du matin, au retour à mon bureau). Si sa créatrice dit qu'il ne faut ni enlever ni ajouter quoique ce soit, j'avoue que j'adapte la recette avec les fruits de saison qui me font envie : j'y ajoute aussi du pollen frais de ciste, des graines de courges (riches en zinc et contenant de la tyrosine et du sélénium! de bons nutriments excellents pour le bon fonctionnement de la thyroïde) ; des graines germées parfois, d'alfalfa ou de lentilles ; du curcuma ou du gingembre frais ; de le l'ortie en poudre, excellent aussi pour la thyroïde... Je me RÉGALE ! et je sais que j'ai fait le plein de nutriments, vitamines et fibres dès le premier repas de ma journée. Généralement, je l'accompagne d'une tisane (sauge, thym, eucalyptus, gingembre....) ou d'un thé vert. 

Bilan 6 mois après l'arrêt du Levothyrox

Je suis contente d'avoir passé le pas, d'avoir suffisamment confiance en moi pour aller chercher d'autres solutions qui me conviennent mieux et me rassurent, plutôt que de me fier à l'aveugle à un diagnostic de quelqu'un qui me voit 15 minutes par an. 

Ma naturopathe m'a demandé de porter une grande attention à mes signes et ressentis physiques. Voici ce que je note au bout de 6 mois :

  • Mes cheveux, ongles et autres poils poussent très bien ! Après une période désagréable de forte chute de cheveux post-grossesse, j'observe tous ces petits cheveux de bébé qui repoussent partout autour de mon visage! Je laisse à nouveau pousser mes cheveux.
  • J'ai l'impression d' "y voir plus clair". Dans deux sens du terme. D'abord, même si ma petite myopie est loin d'être corrigée, je supporte de moins en moins mes lunettes, que je ne mets désormais que pour sortir. A la maison, je les pose sur mon bureau, je déteste les avoir sur le bout du nez. Je songe à me documenter sur la gym/ le yoga des yeux pour améliorer ma vue. Et indéniablement l'alimentation joue un rôle dans ce domaine, j'en suis sure ! / Par ailleurs, j'en l'impression que le brouillard dans ma tête se dissipe. Une sorte de clairvoyance, d'ancrage ici et là. Est-ce parce que mes nuits sont meilleures alors que mon petit Nil a 3 ans?...
  • La fatigue, c'est justement le sujet phare de ce travail sur ma santé en ce moment. Je vous en avais parlé là dans mon article sur la magie du matin (clic), j'ai besoin de rembourser ma dette de sommeil avant toute autre chose. Je m'y atèle. Aujourd'hui j'ai des nuits souvent courtes mais d'une traite, et des petites grasses -matinée le week-end et le mercredi (merciii le retour de la semaine à 4 jours!). Ma question aujourd'hui : est-ce que je ressens de la fatigue parce que mes nuits ne sont pas encore globalement idéales ( 7/8 heures de sommeil par 24h), ou parce que j'ai arrêté le Levothyrox? Cependant je me sens bien globalement, et j'accueille cet hiver avec joie dans l'objectif de repos et de calme dans notre cocon.
  • Je connais des périodes de stress mais peu intense. Yoga/méditation, magnésium marin et huiles essentielles m'aident bien (il faut que je teste le Petit grain de bigarade d'ailleurs!). Mon #marimagique est aussi pour moi un antistress fabuleux, un modèle d'optimisme et de positivisme.
  • Ma peau est sèche mais à cause aussi d'une eau calcaire dans la douche, du vent froid en hiver, de mon rôle de ménagère à la maison... Je la chouchoute avec des huiles végétales, de coco, d'amande douce, de jojoba, d'avocat... Et avec de l'huile essentielle de Bois de Rose sur les conseils de Danièle Festy (clic) - je vais essayer aussi celles de rose de Damas et de Géranium rosat. Comme ça fait du bien ! 
  • Aucune prise de poids, je suis toujours un poids plume, grâce à mon alimentation et à mon activité quotidienne.
  • Jamais constipée, vive les fruits et légumes crus et les graines de lin quotidiennes.
  • Je pratique le yoga au moins une fois par semaine (parfois 2 ou 3 depuis peu) ; et je privilégier les postures bénéfiques pour la stimulation de ma thyroïde atrophiée.
  • J'ai également consulté une magnétiseuse, sur les conseils d'Annie Casamayou, à l'arrêt du comprimé. J'adore ce genre d'expérience, et j'ai l'impression que ça m'a aidé dans ma démarche. J'aimerais compléter ce cheminement avec encore quelques séances.
  • J'ai visionné plusieurs vidéos encourageantes de Thierry Casasnovas du site Regenere (clic) à ce propos. 

Bien sûr, l'aventure ne s'arrête pas là. Je vais faire un suivi régulier (prise de sang et iodurie), observer encore comment je me sens dans les prochains mois et faire aussi quelques recherches complémentaires : j'ai envie d'en savoir plus sur la meilleure iode à choisir pour bien se supplémenter, par exemple - peut-être consulter un praticien expert en iode. Me perfectionner aussi en connaissance des huiles essentielles et dans la confection de jus verts qui m'aideraient aussi. Enfin, je me pose aussi la question de faire faire des examens à mon mari et à mes enfants, pour connaitre leur besoin en iode... Rendez-vous dans 6 mois pour un second bilan !  Et vous, vous me racontez où vous en êtes avec votre thyroïde ?

Nota Bene : ce récit n'est que mon humble début d'expérience. Je n'encourage personne à arrêter son Levothyrox sans avoir consulté un naturopathe ou un autre spécialiste !

 

MILLE MERCIS D'ÊTRE PASSÉ(E) PAR ICI :-) .

REJOIGNEZ-MOI SUR LE COMPTE INSTAGRAM MAISONMAGIQUE (CLIC CLIC) , OU ENCORE SUR MA PAGE FACEBOOK.

 

 

1 réponse

  1. tu m'impressionnes ! Bisous bisous ...

Ajouter un commentaire