5 extraits de lecture : La méditation de la bienveillance – part 1

 Lire, comme écrire, est un de mes petits bonheurs au quotidien. Je rêve de pouvoir lire au réveil par exemple, ou d'y consacrer à nouveau de longues soirées ! Alors j'ai envie de partager avec vous les passages qui m'ont marqués de mes dernières découvertes. Des passages qui font du bien, ou qui font réfléchir sur notre façon de faire, sur nos objectifs, sur nos valeurs, sur nos convictions...

Celui que je viens de finir, c'est 'La méditation de la bienveillance' de Marie-Laurence Cattoire (voir mon premier petit article à ce sujet, dans lequel je vous ai déjà un peu parlé de méditation, bienveillance et rentrée scolaire). Rapide à parcourir et très clair pour comprendre ce qu'est la méditation, cette pratique tellement tendance, il donne des clés pour commencer à pratiquer. Voici 5 passages que j'ai souligné, pour pouvoir les relire de temps à autre :

Meditation-Bienveillance-Ambiance-01

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1* "Il est foncièrement bon d'être en vie, et pourtant nous l'oublions sans cesse. En ce sens, parce qu'elle est un rappel intelligent de ce que nous avons de plus précieux, la pratique de la bienveillance nous aide profondément et durablement". (page 30-31)

2*  "Quand nous tombons amoureux, quand nous mettons un enfant au monde, nous découvrons que notre cœur est vaste et capable d'un amour sans limite... Mais dans la vie de tous les jours, nous oublions souvent cette faculté à nous ouvrir à l'autre et à vouloir son bonheur. [...] De la même manière que notre corps perd en souplesse avec le temps si nous ne l'entraînons pas, le chemin vers notre cœur d'enfant peut s'obscurcir, se voiler au fil du temps. La méditation propose de redécouvrir cette source d'amour qui fait de nous des êtres humains dignes et aimants." (page 35)

3*"Loin d'un feint détachement, cette délicatesse, cette manière moins brusque d'aborder la vie, peut nous libérer d'une certaine gêne envers le monde, d'une certaine timidité. Car nous décidons, délibérément mais avec douceur, d'entrer en relation avec ce qui nous entoure. Il s'agit d'une observation douce, mais très active : écouter avec attention ce qui se passe, l'atmosphère d'ensemble comme les détails, nous invite à plus de présence et d'implication. (...) Nous découvrons qu'il existe une dignité à rester calme et simple. Nous avons, à chaque instant, le choix de nous sentir concerné". (page 57)

4* "Méditation et action : Les mots doux. Chaque jour, prenez un moment pour vous dire une chose gentille, à voix haute, à vous-même. Puis prenez le soin  de dire une chose gentille à votre conjoint, quand vous le retrouver le soir, par exemple. Prenez le temps de quitter votre enfant avec un mot gentil le matin avant de partir au travail". (page 70)

5* Pendant des années, j'en ai voulu à mon époux d'avoir tendance à être dans la lune (...)... Et puis un jour, nous nous sommes retrouvés au milieu d'un très grand déjeuner de 400 personnes dans lequel nous ne pouvions pas déjeuner ensemble. (...) Déjà le simple fait de ne pas être "collée" à lui me rendait vulnérable, fragile. Je l'ai regardé de loin, avec une curiosité nouvelle, en arrêtant de penser que je le connaissais 'par cœur' ;(...) J'ai vu à ce moment-là combien j'aimais cela chez lui, cette capacité à trouver de l'espace frais, à ne pas figer les choses, à s'évader pour mieux revenir. Et j'ai senti mon cœur fondre, simplement parce que je pouvais, pour une fois (...) le regarder comme j'aurais regardé quelqu'un que je découvrais..." (page 98 ).

J'espère que ces paragraphes vous mettront du baume au cœur et vous donneront envie de lire le livre en entier ! Marie-Laurence Cattoire a aussi écrit de très belles choses à propos des enfants, qui me touchent beaucoup ; j'y consacrerai donc spécialement un prochain petit article... @bientôt !

 

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire