Un corps sain dans une maison saine : 10 résolutions pour 2018

Cet article a été publié sur Houzz, retrouvez-le en ligne en cliquant ici. 😉  J'ai adoré l'écrire et faire la recherche icono !

Passage en revue des gestes à adopter cette année pour avancer sur les chemins croisés de l’écologie et du bien-être

20 janvier 2018

Chacun peut faire sa part du colibri pour créer un monde plus respectueux, plus agréable… Commençons par modifier petit à petit nos habitudes quotidiennes ! Voici 10 bonnes résolutions pour cette nouvelle année, à reconduire ou à mettre en place. Quel engagement souhaitez-vous prendre, en complétant la phrase « En 2018, je… » ?

1. Je désencombre
Un espace aéré, minimaliste, dégagé aide ses occupants à garder l’esprit clair. Les énergies circulent aisément et les déplacements aussi sont plus aisés et agréables quand on a de la place. Esprit feng shui oblige ! Et puis, faire du rangement et du tri permet de simplifier sa vie, de se sentir plus léger, libéré du poids du passé et des souvenirs.

Un « grand ménage » à initier dès aujourd’hui, ou à faire plus traditionnellement au printemps, pour voguer vers une slow life et réfléchir par conséquent à notre façon de consommer… Moins ou mieux. Pas question de perdre le bénéfice de ce nettoyage en cédant ensuite à une nouvelle vague d’achats impulsifs !

2. Je choisis des matériaux sains 
Pendant des travaux de rénovation ou à l’achat de nouvelles pièces de mobilier, le choix des matières a un impact à la fois sur la planète (selon le mode de production) et sur notre santé. Privilégiez les matériaux naturels, idéalement du bois massif (donc non collé), pour limiter les émissions de Composés Organiques Volatiles (COV), responsables de nombreuses pathologies respiratoires ou cancérigènes.

Profitez-en pour vous renseigner sur l’éthique des entreprises concernées : localisation, modes de transport, pièces artisanales ou industrielles… Bien sûr, ces critères ont un impact sur le coût du produit, mais si l’achat est réfléchi, vous garderez cette table ou cette bibliothèque de très nombreuses années, sans avoir besoin de les remplacer. Peut-être les transmettrez-vous même à vos enfants ?

3. Je cuisine veggie
La production de viande, exponentielle depuis trente ans, est responsable de plus d’émissions de gaz à effet de serre que les transports et d’un important gaspillage d’eau, sans parler de l’occupation de la surface agricole mondiale pour produire les céréales qui nourrissent ces animaux d’élevage. En parallèle, plusieurs études ont révélé la corrélation entre une consommation de viande excessive et l’augmentation des cancers et maladies auto-immunes. 

À défaut de devenir végétarien, optez pour le flexitarisme ! Préparer des repas végétariens au moins deux jours par semaine permet de varier son alimentation, en redonnant la priorité aux végétaux. Aujourd’hui, les idées de recettes ne manquent pas, comme cette tarte aux légumes. Assurément, vous allez vous régaler ! Peut-être aussi perdre du poids, qui sait ? En tout cas, vous vous sentirez mieux dans votre peau et dans votre tête.

4. Je commence un petit potager 
Les végétaux que vous privilégiez dans votre alimentation ne seront que meilleurs s’ils viennent de votre propre potager ! Pas besoin d’hectares de terrain : un petit carré potager peut suffire à cultiver quelques salades, tomates et haricots, sans oublier les aromatiques. N’oubliez pas d’y ajouter des plantes mellifères pour attirer les insectes bénéfiques et améliorer son rendement. Le jardinage est par ailleurs un antistress idéal ! Ah, le pouvoir de la nature…

5. Je composte
Le compostage est la suite logique des deux résolutions précédentes : il permet de diminuer ses déchets ménagers et de valoriser vos épluchures (clic pour lire mon article à ce sujet paru dans Sens&Santé magazine), tout en nourrissant la terre de votre petit potager pour produire à nouveau de meilleurs légumes et fruits. Un cercle vertueux !

Facile à mettre en place dans la cuisine (prévoyez un bac spécial dans votre espace de tri des déchets), il nécessitera par ailleurs un relais : un lombricomposteur ou un composteur, à moins que vous ayez accès à un bac à compost dans un potager urbain de votre quartier ?

6. Je privilégie le vrac (et je range toujours !)
Dans la lignée du désencombrement, la lutte contre le suremballage est un autre cheval de bataille de cette année. Sur les pas de Béa Johnson, faites vos courses en traquant surtout les plastiques, si polluants pour l’environnement et pour notre corps, via les particules nocives qu’il transmet aux aliments emballés. On trouve aujourd’hui de nombreuses denrées en vrac, en magasins bio comme en super ou hypermarchés : privilégiez cette option. Puis, dans votre cuisine, ordonnez vos bocaux de stockage pour avoir tout votre nécessaire à portée de main : une bonne façon de se faciliter la préparation des repas et de mieux maîtriser son temps en cuisine.

8. Je me simplifie le ménage 
L’idée est encore une fois de désencombrer pour ne pas passer des heures à dépoussiérer et nettoyer, tout en utilisant des produits ménagers non polluants. 

La salle de bains est un excellent terrain d’entraînement pour commencer à diminuer les emballages et le plastique :
troquez votre bouteille de shampoing familial contre un shampoing solide, redécouvrez le brossage à sec avant la douche pour éviter le gel douche, puis les huiles végétales à la place des crèmes hydratantes classiques…

9. Je parfume ma maison au naturel
Pour remplacer les parfums de synthèse et donner une ambiance olfactive à votre intérieur, rien de mieux que les fleurs fraîches ! À la belle saison, réalisez des bouquets du jardin (ou champêtres) en mettant l’accent sur des fleurs qui sentent particulièrement fort et bon, comme le lilas, le jasmin, le lys, mais aussi l’œillet d’Inde… En parallèle, pensez aussi à la diffusion d’huiles essentielles, tout aussi enivrantes, l’option assainissante en sus!

10. Je trie mes vêtements et je me prépare une garde-robe « capsule »
Simplicité volontaire toujours, dans la penderie cette fois-ci ! Il est temps de sortir de l’ère de la fashion victim, d’autant que l’industrie de la mode est un autre problème écologique d’envergure. La tendance est à la garde-robe « capsule », économique, écologique, tout en étant stylée. Et quel gain de temps pour s’habiller ! Vive les matins zen…

Chaque jour est une petite vie
Si vous avez du mal à tenir les bonnes résolutions de janvier pendant douze longs mois, voici une bonne astuce. Remettez-vous-en à la nouvelle lune – ou même à la pleine lune – et adressez-lui vos vœux et vos objectifs chaque mois. Vous pouvez tenir un petit carnet à cet effet et voir ainsi votre évolution.

ET VOUS ?
Quelles sont vos bonnes résolutions écologiques pour 2018 ? Partagez vos idées et expériences dans la partie commentaires !

MILLE MERCIS D'ÊTRE PASSÉ(E) PAR ICI :-) .

REJOIGNEZ-MOI SUR LE COMPTE INSTAGRAM MAISONMAGIQUE (CLIC CLIC) , OU ENCORE SUR MA PAGE FACEBOOK.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire