Créer un jardin de poche en 10 points

Cet article est paru en presse régionale print et web (clic).

Copyright de l'image de couverture : BOTANIC - © Arnaud Childéric

Le concept du terrarium, qui est à l’origine un moyen de transport des plantes créé au début du         19e siècle, connait un succès grandissant depuis les années 70 ; depuis 2010, c’est même une véritable        tendance déco-jardin. Vous avez envie d’en réaliser un, pour votre intérieur ou pour offrir ? Suivez les 10 conseils de Kali Vermès, auteure du superbe ouvrage Les jardins de verre –eds. Larousse.
  1. Chinez des vases de grande taille : fréquentez les brocantes et recherchez les ambiances ‘cabinet de curiosités’. Équipez-vous aussi des quelques accessoires : une longue pince en inox, une baguette coiffée d’un bouchon en liège, un pinceau, des ciseaux et une pissette de laboratoire de 250 ml.
  2. En fonction du contenant et de votre imagination du moment, choisissez quel style de paysage miniature vous souhaitez imaginer : exotique, méditerranéen, sous-bois ? Cela détermine les plantes, les accessoires et le type de terreau (pour plantes vertes ou spécifique plantes grasses et cactées), ainsi que l’entretien du terrarium.

    Bulle de nature @botanic

  3. Sélectionnez vos plantes en mini-godets, en jardineries, en pépinière, en foires aux plantes ou lors de trocs de plantes. Kali Vermès utilise souvent celles-ci : muehlenbeckia, crassula, asparagus cetaceus, succulentes, lierre, mousse, fougères, tillandsia, oxalis triangularis, mini-orchidées, pilea involucrata… La géométrie et le graphisme sont les deux atouts majeurs des plantes grasses, pendant que d’autres sont plus libres et aériennes.
  4. Jouez au jeu du carnet de voyage botanique en rapportant, non pas des végétaux (il est interdit d’introduire des plantes exotiques en France sans permis phytosanitaire et frais douaniers) mais des éléments de décoration : roche volcanique, sable, coquillages… De quoi rendre votre terrarium unique et lui apporter une énergie naturelle supplémentaire.
  5. En pratique : nettoyez et séchez le bocal, tapissez le fond d’une couche de gravier, de sphaigne ou de pouzzolane, pour réguler l’humidité. Par-dessus, disposez une couche de terreau mélangé à 1 à 2 poignées de charbon actif – « l’ingrédient magique pour maintenir un substrat sain, sans champignons ni odeurs ni calcaire ! ». Humidifiez le tout et disposez les végétaux sélectionnés après avoir contrôlé l’état des racines. Tassez bien la terre, arrosez chaque plante à la base avec une pissette. Attention à ne pas surcharger le terrarium pour laisser de la place aux plantes pour grandir ! Le terrarium va se transformer au fur et à mesure. « Constituez quelque chose de léger, sans surcharge, sans excès de symétrie ».
  6. Un terrarium est une histoire d’associations : au début, réunissez les plantes qui ont les mêmes besoins en eau et en lumière, vous perfectionnerez ensuite petit à petit votre technique et pourrez essayer de nouveaux mariages. Jouez aussi avec les tonalités et nuances de verts, les feuillages denses ou aérés, les textures différentes, pour créer du contraste, du relief.

Jardins de verre - Copyright Jardin de Kali p151 : 8 espèces de plantes dans ce globe ! Asparagus densiflorus ‘Sprengeri’, Oxalis triangularis, Hedera helix ‘Glacier’, Fittonia verschaffeltii jaune et rose, Fittonia verschaffeltii rose et vert , Adiantum capilus-veneris ‘Mairisii’, Tradescantia zebrina, Fittonia argyroneura ‘nana’, Ficus pumila. Copyright Alix Marnat.

  1. Placez votre création dans une pièce baignée de lumière du jour, proche d’une fenêtre, mais sans soleil direct. « C’est une règle générale : le verre du terrarium fait loupe ; il démultiplie la chaleur, ce qui endommage les végétaux et fait ternir les feuilles ». Seules les plantes grasses peuvent bénéficier d’une lumière directe en terrarium.
  2. L’arrosage est une étape très importante pour un terrarium : attention aux excès d’eau ! Utilisez absolument une pissette de chimiste pour arroser chaque plante individuellement à son pied et adapter la quantité d’eau à chaque végétal ; par exemple le muehlenbeckia a besoin d’arrosages fréquents, tandis que le crassula nécessite peu d’eau. Arrosez en moyenne tous les 7 à 10 jours, plus souvent quand la température grimpe. Laissez bien sécher le terreau entre deux arrosages. Par ailleurs, les petits terrariums se dessèchent plus vite car ils renferment seulement une petite quantité de terreau : arrosez plus souvent mais légèrement, 2 fois par semaine. Vous pouvez aussi brumiser avec un petit pulvérisateur poire, les fougères et les bromélias spécifiquement.
  3. Taillez délicatement les plantes quand elles ont poussé et qu’elles encombrent l’embouchure du terrarium. Profitez-en pour faire, si possible, des boutures à réutiliser ou à échanger avec d’autres passionnés.
  4. Cultivez votre imaginaire pour réaliser des créations différentes, laissez votre créativité s’exprimer pendant la création d’un petit écosystème !

Plus d'informations ici : GROW LITTLE (clic).

À lire :

Les Jardins de Verre (clic), Kali Vermès, eds. Larousse. 155 pages, 22,95€.

Jardins-paysages miniatures (clic), Karine Marquise, eds. Ulmer. 95 pages, 12,90€.

Claire Lelong-Lehoang.

MILLE MERCIS D'ÊTRE PASSÉ(E) PAR ICI 🙂 .

REJOIGNEZ-MOI SUR LE COMPTE INSTAGRAM MAISONMAGIQUE (CLIC CLIC) , OU ENCORE SUR MA PAGE FACEBOOK.

 

 

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire