Ça décolle : Les plantes dépolluantes

Cet article est paru dans le magazine Jardineries 661 en septembre 2019.

Les plantes dépolluantes : du vert pour améliorer l’atmosphère

Il y a 10 ans, les plantes dites dépolluantes ont connu un succès fou mais éphémère. Pourtant, cette notion reste ancrée encore en 2019 : assurément, les plantes améliorent la qualité de vie. C’est justement sur cet aspect plus global que le concept a évolué.
                                                                                           

Styling Elize Eveleens - Klimprodukties-Copyright MaPlanteMonBonheur.fr

Un spathiphyllum pour absorber le dioxyde de carbone et le formaldéhyde le benzène ; une fougère pour anéantir le benzène et le CO2 ; un dracanea pour supprimer l’ammoniac… En 2008/2009, ces plantes étaient prônées pour leur capacité à assainir l’air pollué des maisons et des bureaux, suite à une constatation de la NASA à ce propos. Le message fut repris par l’Office Hollandais des Fleurs (clic) et par l’association Plant’Airpur ; puis la marque AirSoPure (clic) a été créée par un groupe de producteurs de plantes. Mais lorsque la DGCCRF (clic)et l’Ademe (clic) ont mené des études pour comprendre la réelle efficacité de ces végétaux, la thèse des plantes dépolluantes ne fut pas validée scientifiquement. « Nos centrales nous ont alors demandé, à nous fournisseurs comme aux jardineries, de ne plus communiquer sur les allégations santé des plantes», se souvient Benoit Hue de ProfitPlant (clic). «Depuis, c’est un sujet délicat puisque le terme ‘dépolluante’ peut induire le consommateur en erreur, souligne Sylvie Robert, déléguée générale d’Excellence Végétale (clic). Pourtant, les plantes participent bien à humidifier l’air intérieur et à absorber certaines particules volatiles, donc à améliorer la qualité de l’air». Les nombreux bienfaits des plantes sont bien connus : mieux-être respiratoire et moral, plaisir des yeux, relaxation, naturalité… D’ailleurs, l’idée de plante dépolluante est encore bien présente dans les esprits puisque 45,7% des consommateurs interrogés se souviennent en avoir entendu parler, et 11,7% disent les connaître plutôt bien*. « En fait, aujourd’hui l’engouement ne se produit pas spécifiquement pour les plantes dites dépolluantes, éclaircit Ron Jeronimus, marketing manager France de l’Office des Fleurs (clic), mais ça décolle nettement pour les plantes en général auprès des jeunes consommateurs et même des 25-45 ans ; et ce n’est qu’un début… »

Copyright Air So Pure.

Les plantes qui font du bien

Ce qui est nouveau surtout, c’est que les plantes sont valorisées non plus individuellement mais en groupe et la tendance Urban jungle bat son plein, sans oublier le succès des terrariums, des cactées à ajouter… Le végétal fait partie de l’amélioration de l’habitat au même titre que la décoration – l’objectif étant de mieux vivre dans une ambiance naturelle, zen et saine. « Les jardineries ne communiquent pas encore suffisamment sur le sentiment de bien-être parmi les plantes, observe Ron Jeronimus. J’imagine l’aménagement de coins Urban jungle dans les magasins : des espaces de repos avec des fauteuils entourés de plantes, pour sentir immédiatement l’effet bien-être qu’elles procurent ; il faut y mettre en avant les histoires autour des plantes, leurs bienfaits et leur action sur l’amélioration du quotidien… Prévoir dans ces zones de l’information en print ou en digital… et une prise pour charger son téléphone par exemple. Les pop-ups stores et concept-stores qui commercialisent des plantes vertes sont également inspirants : les assortiments présentés sont restreints mais bien choisis, valorisés grâce à la mise en scène et à des ateliers de rempotage ».

Copyright MaPlanteMonBonheur.fr

Vers des plantes qui ne polluent pas

La nouvelle alternative à cette obsolescence ne serait-elle pas : les-plantes-bien-être-et-qui-ne-polluent-pas ? C’est ce que propose Sylvie Robert, avec les labels Fleurs de France (clic) et Plante Bleue (clic),– d’origine française respectueuses de l’environnement, à valoriser en intérieur comme en extérieur pour continuer d’agir positivement sur l’environnement et sur la santé. Notons enfin que la nouvelle campagne 2019-2021 de l’Office Hollandais des Fleurs sur Ma Plante Mon Bonheur (clic), communique sur les bienfaits que les végétaux nous procurent : air, relaxation, repos et énergie : ‘Merci les plantes’ !

Copyright Plan Air Pur.

*SONDAGE / Que disent les consommateurs ?

Enquête Efficience 3 réalisée online pour Média et Jardin auprès de 1 006 consommateurs, en mai 2019. Extraits.
  • 45,7 % des consommateurs interrogés connaissent l’existence des plantes dépolluantes et estiment que l’information reçue en jardinerie ou chez un fleuriste est plutôt convaincante à 68,7%.
  • 56,5% des consommateurs interrogés se disent plutôt intéressés à l’idée d’en acheter une pour mettre dans leur logement.
  • 21,5% des consommateurs interrogés estiment que ces plantes peuvent avoir également une action              positive sur les ondes électromagnétiques émises par les ordinateurs, les téléphones et 
    tous les objets connectés.
  • 24,9% des consommateurs interrogés évaluent à 5 sur une échelle de 10 points l’impact de ces plantes sur la qualité de l’air des pièces où elles se trouvent, 18,2% à 7 et 12,9% à 8.

Excellence Végétale (clic)
Office Hollandais des Fleurs (clic clic)
Ma Plante Mon Bonheur (clic clic clic)

Claire Lelong-Lehoang.


MILLE MERCIS D'ÊTRE PASSÉ(E) PAR ICI !


REJOIGNEZ-MOI SUR LE COMPTE INSTAGRAM MAISONMAGIQUE (CLIC CLIC) , OU ENCORE SUR MA PAGE FACEBOOK (clic).

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire